Dominique Bailly

Dominique Bailly est sculpteur. Elle vit et travaille à Paris et en Touraine. Depuis le milieu des années soixante-dix, son travail témoigne d'une relation contemplative avec les sites naturels qu'elle a choisis comme lieu de vie (la forêt bretonne, limousine, le littoral vendéen, les bords de la Loire).
Sa démarche artistique qui se fonde essentiellement sur la relation au paysage suit deux voies : la réalisation de sculptures en atelier et l'intervention directe dans le paysage.
Dans l’atelier, elle privilégie la pratique intime du matériau et la recherche sur la forme. Tronçons de chêne, formes elliptiques en hêtre, sphères de séquoia d'un mètre de diamètre, peuplent sa création. Pour de telles œuvres, elle recourt souvent à la série. C'est le cas pour les bombes volcaniques « Les larmes de la terre », pour les « sphères » ou les « lames », dont elle organise ensuite la présentation sous forme d'installations.
Les unes sont simplement posées au sol, isolées ou inscrites dans des jeux précis d'alignement; les autres suspendues sont dispersées suivant le lieu où elle les expose. L'artiste dispose ses pièces de façon à suggérer un parcours tout en laissant au regardeur toute latitude de circuler à sa guise.
La pratique du dessin a toujours accompagné ses recherches sur la forme, dans son travail de sculpture.
Intervenant directement sur le milieu naturel, elle crée des architectures végétales, des événements, des installations qui sculptent l'espace. Dans le passage de l'atelier au travail direct dans le paysage, elle procède du même principe de révélation d'une forme, d'un sens, d'une histoire cachés. L'intervention, qui tient du jardinage et du travail de fouille, met à jour les éléments les plus significatifs découverts lors du repérage, et tend à exalter l'esprit du lieu. Ces oeuvres en appellent au déplacement du promeneur, à son implication physique, guide sa découverte progressive du paysage, et l'inclut comme participant dans le lieu dont il explore les rythmes et la topographie. C'est la notion de « sculpture promenade » que l'artiste a conçue dans la familiarité des alignements mégalithiques.
Pour les interventions directement articulées à un projet architectural, elle cherche à créer une dialectique entre l’œuvre, le paysage et l’architecture, en prenant en compte le lieu et son environnement dans leurs dimensions historiques, spatiales et fonctionnelles. Dans ce contexte l’oeuvre n’est pas « un objet à voir » mais plus « un espace à vivre », construite  pour un site spécifique. Le but est de créer des espaces et des structures qui ne soient pas seulement formels mais qui soient capables de susciter une expérience sensible du lieu, requérant un temps et un espace de réflexion et de déambulation.

Domaine de Chaumont Sur Loire Chateau du Rivau, Lémeré. Bois, plomb, verre soufflé. Musée Zadkine craie sur papier kraft goudronné